FuturScience

La situation dans le monde de l’astronautique: les USA – partie 2

ImagePour cette deuxième partie, je vais parler des projets de la NASA dans le domaine du spatial habité. En plus des programmes menés en association avec le privé, l’agence spatiale américaine met au point ses propres systèmes de transport d’astronautes avec l’objectif clair d’aller plus loin que l’orbite terrestre. Après l’abandon du programme Constellation lancé par le président George W. Bush en janvier 2004 et abandonné par le président Obama en octobre 2010, la Lune ne fait plus partie des priorités de la NASA. On parle maintenant de Mars mais aussi et surtout d’une mission habitée vers un astéroide, aux alentours de 2025. Cette mission, plus facile à mettre en place que celle sur la planète rouge, permettrait en quelque sorte de s’entraîner en vue d’une expédition sur cette dernière pour la décennie 2030/2040. Le plan consiste en la construction d’un lanceur lourd, le Space Launch System (SLS), et d’une capsule, l’« Orion » Multi-Purpose Crew Vehicle (MPCV) qui est représentée sur l’image en haut de ce post.

Image

Le SLS (photo ci-dessus, avec la capsule Orion à son sommet), dont le premier vol est prévu pour décembre 2017, est le digne successeur de la fusée Saturn V du programme lunaire Apollo. En effet, ce nouveau lanceur en cours de conception, sera capable, selon les versions, de mettre en orbite une charge allant de 70 tonnes à 129 tonnes. Sa fonction première sera de transporter la capsule Orion.

Cette capsule, de type Apollo, pourra emmener jusqu’à 4 astronautes. Une première version non habitée sera envoyée dans l’espace début 2014 par un lanceur Delta IV Heavy. Cette mission permettra de valider le design, le bouclier thermique et les systèmes électroniques de la capsule. Le deuxième vol d’Orion se fera lors de la mission de  décembre 2017, aux côtés du SLS et au cours de laquelle le vaisseau, encore inhabité, effectuera un vol circumlunaire (vol autour de la Lune sans se poser). La troisième mission d’Orion sera aussi la première habitée avec un vol à destination de l’orbite lunaire, pour 4 astronautes, entre 2019 et 2021. Bien évidemment ce programme est susceptible de changer au cours des prochaines années voir des prochains mois, une mission vers un astéroide étant de plus en plus mise en avant.

Image

La situation dans le monde de l’astronautique: les USA – partie 1

SLSPour ce premier post, j’ai pensé qu’il serait intéressant de faire le point sur la conquête et l’exploration spatiale. Et quoi de plus logique que de commencer par le cas des Etats-Unis, le pays des grands projets du secteur. A l’heure actuelle, il faut savoir que les américains n’ont plus les capacités pour envoyer des hommes dans l’espace par leurs propres moyens depuis l’arrêt des navettes spatiales en juillet 2011. Ce sont donc les russes, grâce à leur vaisseau soyouz, qui envoient les astronautes américains (ainsi que les canadiens, les européens et les japonais). Dans l’histoire de la conquête spatiale, c’est une première et cette situation est de plus en plus critiquée outre-atlantique par le fait qu’elle remet en cause l’indépendance du pays dans ce domaine. Pour remedier à cette situation, l’administration Obama à mis en place une série d’objectifs à accomplir, aussi bien par la NASA que par l’industrie privée. Et c’est surtout cette dernière qui attire tout les regards en ce moment.

Il existe aujourd’hui deux programmes qui impliquent des entreprises privées: le Commercial Crew Development (CCDeV) et le Commercial Orbital Transportation Services (COTS). Le premier en est à sa 3ème phase et comporte 3 projets:

-Boeing avec son CST-100, pour 7 astronautes et lancée par une fusée Atlas V:

Image

-SpaceX avec sa capsule Dragon, pour 7 astronautes et lancée par la fusée Falcon 9:

Image

-Sierra Nevada Corporation avec son Dream Chaser, pour 7 astronautes et lancé par une Atlas V:

ImageLes mises en services de ces vaisseaux sont prévues pour 2015/2016.

En parallèle de ces projets de spatial habité la NASA à crée le programme COTS qui vise à faire assurer le ravitaillement de la station spatiale internationale (ISS) par des entreprises privées (2 ici). On retrouve la société de l’entrepreneur Elon Musk, spaceX, avec une version cargo de sa capsule Dragon. Celle-ci à déja rejoint l’ISS par deux fois dont une faisait partie du contrat final comprenant 12 missions pour une valeur totale de 1.6 Mds de dollards. L’autre entreprise, Orbital Sciences Corporation, devrait très prochainement (d’ici avril 2013) envoyer sa première capsule cargo Cygnus vers l’ISS pour entamer son contrat avec la NASA d’une valeur de 1.9 Mds de dollards, comprenant 8 missions. Le cargo Cygnus sera envoyé dans l’espace par une fusée Antares, construite aussi par Orbital.

ImagePour la partie 2 de ce post, je parlerais des projets de la NASA elle-même, au travers notamment de ses programmes SLS (première photo de ce post) et Orion.